Réunion participative à Clapiers le mercredi 11 décembre 2019

 

Elections municipales des 15 et 22 mars 2020

 

 

Les 3 groupes municipaux clapiérois, "Clapiers durable et participatif", "Faire

 

réussir la Gauche au service des Clapiérois" et "Clapiers en toute confiance"

 

invitent tous les Clapiérois à participer à une assemblée citoyenne destinée à

 

recueillir les choix qu’ils souhaitent voir pris en compte dans le programme qui

 

sera soumis aux électeurs par notre groupe au prochain scrutin municipal des

 

15 et 22 mars 2020.

 

 

c’est

 

mercredi 11 décembre 2019

 

de 18 h 30 à 22 h

salle Jean-Louis Barrault

 

rue du Paraguay / Complexe sportif / Clapiers

 

 

Nos 3 groupes municipaux ont recueilli respectivement 30 %, 8 % et 7 %

 

des suffrages lors des élections municipales de 2010.

 

Ecouter les Clapiérois, anciens et nouveaux, les respecter en tant que

 

citoyens responsables, les associer aux grandes décisions de la Cité, telle

 

est notre philosophie et notre pratique.

 


Pourquoi nous avons voté "Contre" le Rapport sur les Orientations Budgétaires en Conseil municipal du 14 mars 2019 ?

 

Le Rapport sur les Orientations Budgétaires (ROB) permet à une Majorité municipale de présenter ses grandes intentions quant au Budget de la même année, en l’occurrence 2019.

Le ROB fait depuis deux ans l’objet d’un vote en conseil municipal, contrairement au Débat d’Orientation Budgétaire (DOB) qui l’a précédé historiquement et qui ne faisait l’objet que d’un débat.

 

Tout d’abord, les documents fournis aux élus étaient clairs et bien présentés : il faut en remercier les Services municipaux les ayant préparé.

 

Notre Groupe municipal « Clapiers durable et participatif » a apprécié la baisse (promise) des frais de fonctionnement : c’est la toute première depuis le début du mandat 2014-2020.

Cette baisse, nous l’avons préconisé chaque année : le dérapage des dépenses des années 2014 à 2018 était en effet très inquiétant.

 

Alors que la Municipalité a fait état d’un maintien de la qualité du Service public, nous avons au contraire stigmatisé la dégradation de ce service.

Cette dégradation, nous constatons au quotidien comme tous les Clapiérois.

1) Le nettoyage des rues ou encore la maintenance de l’éclairage public ne sont plus satisfaisants (quartiers régulièrement dans le noir, rues poussiéreuses). Ce sont certes des compétences Métropole mais c’est aux communes de tirer la sonnette d’alarme en cas de souci.

2) La voirie, où la Commune est en tandem avec la Métropole, a elle-aussi tendance à se dégrader : la rue Jean Moulin, avenue de l’Europe, l’avenue Georges Frêche et surtout le boulevard de la Liberté en sont l’illustration.

3) La fermeture d’une classe en Maternelle à la dernière rentrée scolaire et sa non réouverture à la prochaine rentrée 2019/2020 permettent certes à la Commune une économie de 40.000 € sur 2018 et 2019 mais c’est une dégradation du Service public pour la communauté éducative, les parents et les enfants.

 

Nous avons aussi fortement regretté que la Municipalité soit toujours aussi réfractaire aux investissements écologiques : son action consiste à artificialiser de nouvelles surfaces et à émettre toujours plus de gaz à effet de serre.

 

Le Groupe majoritaire a rapidement oublié les conclusions de l’Observatoire national de consommation des terres agricoles que présidait pourtant l’ancienne Députée Fanny Dombre-Coste de notre circonscription.

Ce Conservatoire tirait clairement la sonnette d’alarme, constatant la consommation d’un département français tous les 10 ans en routes, en zones commerciales et en immeubles d’habitation.

Concernant les émissions de CO2, la Municipalité n’a toujours rien fait de sérieux en matière de réduction des consommations énergétiques communales.

 

Politiquement, notre Groupe municipal « Clapiers durable et participatif » a martelé son désaccord sur plusieurs des choix du Maire.

En l’occurrence, la création de nouveaux Ateliers et du parking près du Stade sont deux dépenses inutiles qui ont empêché la réalisation d’investissements plus intéressants.

 

Sur l’ensemble du mandat 2014/2020, la Majorité municipale aura ainsi inutilement emprunté près d’un million d’euros.

Cette dette d’un million d’euros va peser sur les mandats prochains.

En 6 ans, le Maire et son groupe auront surendetté notre Commune de plus de 800.000 €.

 

Notre Groupe municipal « Clapiers durable et participatif » a en outre répété son opposition à la vente de la Grange Martinez et du Square public attenant (cédé gratuitement par les habitants des Résidences du Château lors de la récupération des voiries et espaces verts de ce lotissement par la Commune).

Nous attendons toujours la communication du cahier des charges qui permettra d’après le Maire, de réduire les droits de construction de l’acquéreur.

Nous serons particulièrement vigilants quant à la légalité des clauses contenues dans ce cahier des charges car il est fondamental que l’acquéreur ne puisse pas ensuite déposer un recours et au final tendre vers les 500 m² de construction admise actuellement par le Plan Local d’Urbanisme.

 

Notre Groupe municipal « Clapiers durable et participatif » a aussi émis des craintes quant à la Maison de la Petite Enfance, dont la livraison est annoncée par la Majorité fin 2019.

En effet, si ce type d’équipement est dans l’absolu extrêmement utile, le risque est toutefois de le surdimensionner ou de trop l’anticiper dans le temps.

Nous avons donc posé les questions suivantes à l’adresse du Maire.

- Avez-vous fait une prévision actualisée, suite aux retards dans les constructions de la ZAC du Castelet et connaissant de mieux en mieux la typologie des nouveaux arrivants, du nombre d’enfants susceptibles d’être accueillis ?

Car la nature a horreur du vide : les places disponibles seront prises par des familles extérieures à Clapiers et quand les besoins se feront réellement sentir dans le village, il n’y aura pas de place.

- Avez-vous réfléchi au montant du nouveau loyer ?

- Combien coûte les meubles et qui les paiera ?

- Avez-vous prévu un accompagnement de l’Association des Lapinous pour lui permettre de financer sans encombres les embauches, la croissance du fonds de roulement que vont engendrer l’augmentation de la capacité d’accueil ?

 

De la même manière, notre Groupe municipal « Clapiers durable et participatif » a l’impression que la Majorité avance les yeux bandés concernant les nouvelles recettes fiscales générées par les nombreux programmes immobiliers en cours (à La Plaine, au Soleil des Garrigues et à la ZAC du Castelet notamment),

Notre Groupe avait demandé qu’une étude soit menée.

Le Maire répond en avoir commandité une mais il n’a jamais communiqué les résultats aux élus des trois listes d’Opposition.

Les premières taxes d’habitation seront dues principalement en 2021, date à laquelle cette Taxe d’habitation aura disparu.

Quant aux premières taxes sur le foncier bâti, les toutes premières n’arriveront pas avant 2022 compte tenu de l’exonération de deux ans sur les logements neufs et compte tenu des exonérations incomparablement plus longues pour les logements sociaux (15 à 30 ans).

 

Ce sont donc les Clapiérois actuels qui vont abonder les besoins financiers de la Commune dans l’intervalle, besoins financiers que le Maire annonce importants (nouveaux locaux scolaires projetés par la Majorité notamment).

 

Enfin, avec la forte revalorisation en 2019 des bases cadastrales par l’État - de 2,2 % - c’est bien une augmentation d’impôt qui se profile pour les Clapiérois cette année.

Ce n’est pas une bonne nouvelle en cette période de baisse du pouvoir d’achat des ménages.

 

A Clapiers, le 18 mars 2019

 

Michel Chastaing / Faouzia Dhamane / Bernard Duvic/ Philippe Foulon


Le Grand Débat à Clapiers : entre écoute et citoyenneté - 10/03/2019

Le Collectif Citoyen Clapiérois, les groupes municipaux « Clapiers durable et participatif » et « Faire réussir la Gauche au service des Clapiérois » ont organisé le mercredi 20 février 2019, salle Jean-Louis Barrault, le Grand Débat National à Clapiers.

 

L’objectif était de donner la parole aux Clapiérois, de permettre la participation citoyenne, de favoriser l’écoute réciproque.

 

Les échanges entre la soixantaine de citoyens Clapiérois présents ont été ouverts, cordiaux et d’une grande richesse.

 

Après 1 h 30 de débats en 5 tables, les propositions discutées par chacune ont été présentées à tous.

 

Un compte-rendu synthétique a ensuite été amendé/validé par les participants et sera porté prochainement à la connaissance de Madame la Députée, du Maire, du Président de la Métropole, du Président du Département, de la Présidente de la Région, du Gouvernement et des citoyens Clapiérois.

 

Les citoyens présents ont proposé :
- les plus riches doivent céder de leur opulence excessive (par la fiscalité : ISF, lutte contre l'évasion fiscale, TVA plus élevée sur les produits de luxe ...)
- un pouvoir d'achat décent pour tous (SMIC, Retraites indexées ...)
- une exigence de Démocratie et de Citoyenneté sur tout le territoire (RIC, Conseils de citoyens, proportionnelle d'au moins 30% ...)
- arrêter les privatisations des biens publics et stratégiques, lutter contre les déserts territoriaux (santé, transports adaptés ...)
- une politique Ecologique efficace pour le Climat (nouveaux bâtiments à "énergie positive", subventions européennes pour le Bio) et la Biodiversité (arrêt immédiat glyphosate et pesticides)

 

Mais aussi d’autres propositions : politique adaptée pour nos anciens (EHPAD), politique du logement social avec encadrement des loyers pour les plus modestes …

 

Beaucoup d'autres points, notamment concernant le local, ont été évoqués pour lesquels les organisateurs Clapiérois souhaitent organiser de futurs débats.

 

Entendre la parole de nos concitoyens et être proches d’eux, telle est en effet la conception commune de l’action municipale des groupes municipaux « Clapiers durable et participatif » et « Faire réussir la gauche au service des Clapiérois ».


Soutien à la pétition exigeant un vrai débat citoyen sur l'urbanisation et l'avenir de notre village - 19/03/2018

La Municipalité de Clapiers voudrait imposer aux Clapiérois des équipements inutiles : création d’un parking de 120 places le long du boulevard de la Liberté, construction d’une salle de spectacle de 350 places dans le Parc municipal Claude Leenhardt, édification d’immeubles par des promoteurs au centre du village face à l’église.

 

Une salle de spectacle de cette taille aurait un impact désastreux sur le Parc Claude Leenhardt et se chiffrerait vraisemblablement à plus de 2 millions d'euros.

 

L'acquisition du terrain pour le parking dans la vigne jouxtant le Stade face au Parc municipal Claude Leenhardt (3.163 m² à 25,50 €/m²) s'élève déjà à 80.656.50 €, sans les frais de géomètre et de notaire. Ce parking reviendra au bas mot à 300.000 €. Il sera quasiment toujours vide mais impactera durablement le paysage.

 

Ce parking goudronné, surface imperméabilisée comme celle dédiée à la salle de spectacle, ainsi que la perte de la capacité naturelle de stockage de l'eau de pluie dans les bas-fonds du Parc (aux alentours de 30.000 m3) vont créer des risques d'inondation pour les habitants de la Résidence des Chênes, le Parc de Beaulieu, des Rayons d'Oc et des Closades.

 

La Municipalité évoque même, en outre, maintenant (cf. ordre du jour du Conseil municipal en date du 22 mars 2018) la construction :

- à l'école Victor Hugo, de 4 salles de classe nouvelles, d'un restaurant scolaire et d'un Centre de Loisirs Sans Hébergement !!!

- à l'école maternelle Olympe de Gouges, 3 salles de classe nouvelles, un dortoir supplémentaire et l'extension du restaurant scolaire !!!

 

La première tranche des travaux à l'école Victor Hugo, au site du Calvaire (2 salles de classe supplémentaires et un nouveau restaurant scolaires) est annoncée par la Municipalité à 1.125.000 € TTC.

 

La construction de la ZAC du Castelet ferait ainsi porter un fardeau de plusieurs millions d'euros aux contribuables clapiérois.

 

D'autre part, pour mémoire, la récente édification de nouveaux ateliers municipaux (tout cela pour pouvoir vendre le terrain des anciens ateliers à un promoteur), collés à la Médiathèque Albert Camus, parfaitement inutiles au regard de la récente réduction de la taille des Services techniques de 25 agents à 4 agents, métropolisation oblige, a coûté la bagatelle de 668.504 € TTC ! Avec au passage, un dépassement de l'enveloppe initiale, officiellement annoncée, de plus de 40.000 €.

 

 

 

Ces dépenses inconsidérées, sans proportion avec la capacité d’investissement de notre commune, ne peuvent se financer que par l’emprunt, que par l’augmentation des impôts et surtout, pire encore, que par des opérations immobilières privées que la Municipalité rendrait possible en vendant des terrains et en délocalisant des équipements publics existants.

 

 

 

Etant opposés à ce type de choix technocratiques et antidémocratiques, les élus du Groupe municipal « Clapiers durable et participatif » appellent à signer la pétition lancée par l’Association de Sauvegarde du Site de Clapiers qui regroupe des habitants de Clapiers.

 

 

 

Michel Chastaing – Conseiller municipal

 

Pour le Groupe municipal « Clapiers durable et participatif »

 

 

 

Lien pour accéder à la pétition dont le texte suit = http://vu.fr/assc-petition

 


Destruction d'arbres centenaires remarquables - 18/03/2018

Plusieurs noyers d'Amérique centenaires de l'avenue Georges Frêche à Clapiers (entre le Château et le Collège François Mitterrand), faisant partie d'un alignement remarquable, ont été abattus, sans crier gare.

 

Le Groupe municipal "Clapiers durable et participatif" a demandé par lettre en date du 3 mars 2018, à la Métropole et à la Mairie de Clapiers, s'ils ont donné leur autorisation car les arbres appartenaient au domaine public routier. Pas de réponse, pour l'instant, au 18 mars 2018.

 

Le chantier voisin de la ZAC du Castelet (495 logements en projet) est-il responsable ?


Le bois a t-il été volé puis vendu, brûlé ou mis en décharge ?


Le bois du noyer d'Amérique (Juglans niger) - un bois dit noir - est un des bois les plus chers : le dommage financier s'élève donc à plusieurs dizaines de milliers d'euros.


Le préjudice écologique et patrimonial est quant à lui au moins aussi élevé : nous étions tous propriétaires de cette richesse et elle a été détruite irrémédiablement.

 

Nous demandons au Maire de Clapiers de porter plainte pour dégradation de biens publics s'il n'est pas à l'origine de cette exaction et s'il en a donné l'ordre de s'expliquer auprès des Clapiérois.


Intervention efficace des services antiterroristes à Clapiers / février 2017

 

Clapiers a fait irruption, à son corps défendant, dans l’actualité nationale ce vendredi 10 février 2017.

 

Le quartier du Fesquet, si calme d’habitude, a tremblé.

 

Les habitants de La Valette ont été en première ligne au niveau émotionnel.

 

Une intervention du FIPN (Force d’Intervention de la Police Nationale – RAID)  et l’interpellation d’un présumé terroriste sont forcément traumatisantes pour les voisins.

 

Oui, la menace terroriste existe aujourd’hui partout sur notre territoire national.

 

Rendons un hommage appuyé aux services de l’Etat - Justice, Police et Gendarmerie - qui restent vigilants et font preuve d’une grande efficacité.

 

Malgré l’inquiétude compréhensible, liée à la proximité des événements, nous nous sentons protégés.

 

Ce n’est pas au niveau local que peut s’organiser une protection efficace mais bien au niveau central, celui l’Etat, fort de services publics bien structurés et bien organisés.

 

Retenons qu’au final, selon le Ministre de l’Intérieur lui-même, ce coup de filet antiterroriste « a permis de déjouer un projet d’attentat imminent sur le sol français. »

 

Notre pays et nos valeurs humanistes (liberté, égalité, liberté d’expression, laïcité, tolérance et fraternité) en sortent renforcés.


Un projet d’opération immobilière au Centre du Village très controversé - 04/09/2016

 

50 logements en immeubles de 3 étages surmontant 2 niveaux de parking souterrains, il s’agit d’une opération immobilière disproportionnée pour le Centre de Clapiers.

 

De nombreux problèmes de stationnement et un impact très négatif sur le voisinage seraient inéluctables.

 

La destruction de la maison Sabatier construite au centre d’une « parcelle-jardin » interviendrait alors malgré les préconisations de l’Architecte des Bâtiments de France portées à la connaissance de la Municipalité en deux fois dès octobre et novembre 2014.

 

C’est d’ailleurs plus globalement 20 constructions remarquables à Clapiers qui sont potentiellement menacées de destruction ou d’urbanisation non adaptée : c’est pourquoi, notre Groupe municipal “Clapiers durable et participatif” a demandé l’inscription dans le Plan Local d’Urbanisme d’un volet patrimonial qui les protège règlementairement (cf. la rubrique “Nos lettres au Maire et ses réponses”).

 

Nous avons aussi rédigé une tribune libre à paraître dans le Clap’Infos d’octobre 2016 intitulée “Le vieux village mis en danger volontairement” (cf. rubrique “Nos tribunes libres”) car les élus majoritaires savent pertinemment le danger que court le patrimoine architectural clapiérois et sont donc complices des risques encourus.

 

Sans volet patrimonial, l’unique rempart est sinon l’Architecte des Bâtiments de France (ABF), tant soit peu que l’édifice soit inclus dans le périmètre du mur clocher de l’église (inscrit à l’Inventaire des sites classés) tout en sachant que la Municipalité a fait réduire ce périmètre l’année dernière !

 

Les prescriptions de l’ABF sont les suivantes :

 

-          “Immeuble à conserver”

 

-          “Jardins : Cet espace libre doit être maintenu à forte dominante végétale. Tout projet devra s’attacher à conserver les principes d’implantation de volumes au centre d’une entité parcellaire de jardins.”

 

Une association de riverains (APCA Clapiers = “Association pour la protection du centre ancien de Clapiers”) est en train de se constituer et le collectif de citoyens existant a lancé le 2 septembre 2016 une pétition qui avait déjà réuni plus de 250 signatures 48 heures après.

 

La Mairie a affirmé qu’il s’agit d’une opération privée : c’est faux puisque pour pouvoir la réaliser, il faut que la Commune vende au préalable les terrains des Services Techniques actuels au promoteur, ce qu’elle a annoncé vouloir faire.

 

En termes de responsabilité, la Métropole est dorénavant compétente en matière de Schéma de Cohérence Territoriale et de Plan Local d’Urbanisme (qui est d’ailleurs maintenant “Intercommunal” et dont la seconde révision est en cours avec une enquête publique a priori avant fin 2016) tandis que le Maire délivre toujours les permis de construire du moment qu’ils ne contreviennent pas au PLU.

 

La puissance publique a bien entendu un droit de préemption en zone urbaine du Plan Local d’Urbanisme ce qui est le cas dans le Vieux Village, classé en zone UA.

 

Globalement, la Municipalité a longtemps caché ce projet immobilier : seuls quelques riverains et quelques élus participant aux travaux de la” Commission municipale Urbanisme” ont reçu début juillet 2016 un début d’information sur cette opération largement controversé.

 

Nous sommes donc de ceux, très nombreux, qui exigent la tenue d’une réunion publique où Mairie et promoteur devront s’expliquer.

 

Signature de la pétition chez Clapiers Services sur papier au 8, rue de Vendargues à Clapiers,

 

 ou en ligne à l’adresse = https://www.change.org/p/mairie-de-clapiers-non-au-projet-hectare-de-la-mairie-dans-le-centre-ancien-de-clapiers-34

 

Page Facebook de l’APCA Clapiers = https://www.facebook.com/renovationcentreclapiers/?fref=ts


Ouverture de classe en Maternelle en septembre 2016 - 07/08/2016

La Municipalité et le Maire n’avaient pas levé le petit doigt lors de la fermeture de la 7ième classe en Maternelle, à la rentrée 2014/2015.

 

 

 

La fermeture n’avait été annoncée qu’à une poignée de représentants de parents d’élèves lors d’un conseil d’école de fin juin 2014 : tout s’était fait en catimini.

 

 

 

La notion – farfelue – de « fermeture provisoire » était même l’expression préférée de la majorité municipale pour se dédouaner auprès de la communauté éducative.

 

 

 

La fermeture était intervenue suite à une infime perte d’effectif, soit 5 enfants (passage de 174 à 169 élèves).

 

 

 

A la rentrée 2015/2016, l’Administration avait profité de l’apathie du Maire et de son groupe municipal pour ne pas rouvrir malgré 8 enfants de plus (effectifs de 177 pour 6 classes soit une moyenne par classe culminant à 29,5 élèves !).

 

 

 

Pour cette rentrée, l’école publique Olympe de Gouges devrait accueillir 189 enfants, retrouvant ainsi ses effectifs de la rentrée 2006/2007 (pour mémoire, il y avait 9 classes et 243 élèves en 1996/1997).

 

 

 

Nous concernant, nous sommes très satisfaits de cette ouverture pour laquelle nous nous battions depuis deux ans (tribunes libres, courriers).

 

Le Maire a annoncé que son Adjointe aux affaires scolaires avait écrit à l’inspecteur de l’éducation nationale de la circonscription, ce qui bien entendu a moins de poids que la lettre d’un maire, pour une affaire qui aurait dû être pourtant considérée de la plus haute importance.

 

Le Maire a aussi annoncé qu’il était intervenu auprès de la directrice de la DASEN, ce qui est invérifiable, le verbal ne laissant aucune trace.

 

De notre côté, nous avons écrit à la Directrice de la DASEN qui est la force décideuse auprès du Préfet.

 

Comment aurait-il fallu faire pour peser au mieux ?

 

Il fallait tout simplement que le Maire fasse voter une motion en conseil municipal dès décembre 2015 ou janvier 2016 pour montrer l’unanimité et la détermination de tous les élus : il ne l’a pas fait et s’est rallié à la victoire au dernier moment.

 

Par charité et étant bons princes, nous ne retiendrons pas les péripéties et nous retiendrons seulement que cette ouverture va faire baisser les effectifs à une moyenne de 27 enfants par classe, pour leur plus grand bénéfice mais aussi celui des parents, des professeurs d’école et des ATSEM.

 

Vive l’école publique, mixte et laïque.


La vérité sur les indemnités des élus à Clapiers - 03/05/2016

 

La Majorité municipale a fait voter, par 24 voix Pour et 5 voix Contre, lors du Conseil municipal du 24 avril 2014 (avec effet rétroactif à la date d’installation du conseil municipal, soit le 29 mars 2014), le montant des indemnités des élus.

 

Nous reprenons ci-dessous l’annexe de la délibération fournie aux conseillers municipaux.

 

Ces indemnités, d’un montant annuel de 102.189,84 €, sont d’environ 30.000 € plus élevées que lors du précédent mandat.

 

Il faut remarquer que le maximum légal est de 105.376,47 € (à la valeur au 24/04/2016 du point d’indice de la Fonction publique qui sert de base).

 

Les élus majoritaires sont donc allés à 97 % du maximum légal que peut débourser notre Commune pour ses élus.

 

Rappelons que lors des mandats précédents, les indemnités des élus étaient de l’ordre de la moitié (mandats - 3 et - 2) et ensuite de l’ordre des 2/3 (mandat -1) et non pas de quasiment 100 % du maximum légal.

 

Sont concernés à Clapiers par ces indemnités : 18 élus de la Majorité, soit le Maire, les 8 Maire-adjoints et les 9 Conseillers municipaux délégués.

 

Michel Chastaing, lors du débat sur la délibération du 24 avril 2014 s’était exprimé ainsi :

 

“Monsieur CHASTAING indique qu’il est étonné par le nombre important de délégués ce qui ne va pas dans le sens de la bonne administration communale et rappelle que le Président de l’Agglomération a réduit le nombre de vice-présidents et que cette pratique est aussi celle du gouvernement actuel.”

Rappelons que les élus d'opposition ne touchent, à Clapiers, aucune indemnité et doivent même mettre, à l'occasion, la main à la poche pour payer à la Mairie des frais de photocopies ou de fourniture de CD-Rom lors de demandes de communication de documents.

 

D’autre part, le Maire, Délégué titulaire de la Commune de Clapiers à Montpellier Méditerranée Métropole, “simple” Conseiller métropolitain, bénéficie à ce titre d’une indemnité égale à 32 % de l’indice brut 1015 de la Fonction publique.

 

La Mairie de Montpellier, du fait d’une volonté de transparence de son Maire, a mis en ligne, sur son site Internet, le montant des indemnités de ses élus : voir http://www.montpellier.fr/4176-transparence-de-la-vie-politique.htm

 

A Clapiers, nulle volonté de transparence pour le moment …

 

A Clapiers, les services publics baissent tandis que les impôts montent.

 

Enfin, le coût pour le contribuable des indemnités des élus augmente tandis que leurs compétences réglementaires baissent : finie la compétence urbanisme, finies les compétences voirie, éclairage public, nettoyage des rues, entretien des espaces verts, finie la compétence réseau pluvial ou encore lutte contre les inondations.

 

Moins de dossiers à traiter donc depuis le passage en Métropole, mais pour une indemnité identique à celle de début de mandat : cela ne choque pas les élus du Groupe majoritaire !


La Municipalité matraque fiscalement les Clapiérois = 294.000 € d'impôt en plus en 2016 - 31/03/2016


 La Municipalité augmente les impôts des Clapiérois de 294.000 € en 2016.

 

Ce montant a été dévoilé lors du Conseil Municipal du 15 mars 2016, à l’occasion du Débat d’Orientation Budgétaire (DOB).

 

Le Groupe majoritaire propose de voter cette augmentation lors du Conseil municipal du 5 avril 2016 : notre Groupe municipal « Clapiers durable et participatif » s’opposera à cette décision injuste et injustifiée.

 

Décomposition de la facture

 

Augmentation de 3,5 % des taux de la Taxe d’Habitation (TH) et de la Taxe sur le Foncier Bâti (TFB)

150.000 €

Réduction de 15 % à 10 % de l’abattement général à la base de la Taxe d’Habitation

90.000 €

Augmentation de la valeur des bases d’imposition de 1 %

27.000 €

Augmentation physique des bases d’imposition, estimée par la Municipalité à 1 % (elle risque d’être en réalité bien plus élevée)

27.000 €

 

Les Clapiérois paieront aussi 26.000 € supplémentaires, du fait de la hausse nationale de 1 % de la valeur des bases d’imposition (malgré une inflation nulle !), au niveau de :

-         la part Métropole de la TH = + 12.500 €

-         la part Département de la TFB = + 13.500 €

 

L’augmentation subie par les Clapiérois sera donc au minimum de 320.000 €.

 

soit + 12 % d’impôt en 2016

 

(2.700.000 € d’impôts locaux en 2015, 3.000.000 € en 2016,

 

pour seulement 1.900.000 € en 2006 !!!)

 

 

+ 160 € de ponction moyenne

par ménage en 2016 !!!


Forte mobilisation sur la Comédie pour la Ligne 5 de Tramway - 05/05/2016


Le ColL5ctif Tramway Ligne 5 auquel appartiennent les associations "Clapiers durable et participatif" et "Les Clapiérois du Fesquet" se bat pour la relance des travaux de la Ligne 5 de Tramway.

Tous les 5 du mois, un événement est organisé et la mobilisation ne mollit pas, depuis deux ans déjà.

Au contraire, le CoLL5ctif a réuni plus de 300 personnes sur la Comédie ce samedi 5 mars 2016 pour représenter un "tramway humain" avec toutes les stations prévues (Clapiers, Girac, Montferrier, Agropolis, Hortus, CNRS et Facultés en ce qui concerne la branche Nord).


Pollution à la décharge de la Métropole, au Nord de Clapiers - 25/01/2016


C’est un coup dur pour Montpellier Méditerranée Métropole et l'environnement naturel du Nord de Montpellier.

 


Des eaux polluées se sont échappées dans le sous-sol de sa décharge à Castries.

 

 

 

La décharge, la seule de la Métropole sur son propre sol, est en partie fermée : 50 % des apports journaliers y sont désormais interdits.

 

 

 

Ces derniers sont réorientés vers l’usine d’incinération de Lunel-Viel ce qui a un coût en termes financiers et d'émissions de CO2 du fait d’un transport plus long des camions de collecte et du relargage des gaz de combustion.

 


Le Centre de Stockage des Déchets Ultimes de Castries (CSDU) - plus près en réalité de Guzargues, de Saint-Drézéry, d'Assas, de Montaud et de Teyran que de Castries - a été transformé en Installation de Stockage de Déchets Non Dangereux et assimilés (ISDND).

 


Au lieu de ne recueillir que des déchets ultimes, stables et triés, ce centre reçoit aussi des déchets encore partiellement fermentescibles, d’où des émanations de gaz à odeur désagréable.

 

 

 

C’est le process de traitement des déchets ménagers de la Métropole qui génère ce risque de pollution des nappes phréatiques.

 

 

 

Le fermentescible devrait en effet soit être dirigé vers les composteurs individuels, soit parfaitement trié par les usagers avant d’être méthanisé complètement à l’Usine Amétyst.

 

 

 

Le Centre de Castries avait failli être installé à cheval sur les communes de Clapiers et d’Assas où des terrains aptes géologiquement avaient été identifiés.

 

 

 

Un premier casier (volume de stockage) a été saturé et un deuxième a été ouvert à l’exploitation.

 

 

 

Le Président de Montpellier Méditerranée Métropole s’est engagé à ce qu’il n’y ait pas de troisième casier sur place, ce qui nécessitera donc la création d’une nouvelle décharge ailleurs, sur le territoire d’une ou plusieurs des 31 communes de la Métropole.

 

 

 

Pour l’instant, les habitants de Guzargues, Saint-Drézéry, Montaud, Assas et Teyran subissent régulièrement de forts désagréments olfactifs, un gaz malodorant recouvrant fréquemment de vastes surfaces.


Dissolution de l'Office Municipal des Sports et de la Culture - 24/08/2015


L'Office Municipal des Sports et de la Culture (OMSC) a été dissout au mois de juin sans que le Maire ne daigne en informer la population.

Cette disparition est intervenue sur la recommandation de la Municipalité.

 

Pourtant, le Groupe majoritaire avait désigné, lors du Conseil Municipal du 8 avril 2014, quatre de ses membres dans le Conseil d'Administration de l'OMSC, en parité avec les bénévoles. Notre Groupe municipal s'était vu refuser, lui, à cette occasion, la possibilité d'y  participer.

 

L'OMSC existait à Clapiers depuis une vingtaine d'années.

C'était un acteur majeur de l'animation du village.

L'Office Municipal des Sports et de la Culture organisait le Carnaval, le Feu de la Saint-Jean, les vide-greniers, la Fête du sport, le Téléthon, le Forum des associations.

Le rôle de l'OMSC était de coordonner, de fédérer l'action des associations clapiéroises qui souhaitaient s'engager ensemble pour une cause, une manifestation, un événement.

Depuis la disparition de la Maison des Jeunes et de la Culture lors du dernier mandat municipal, l'OMSC était devenue encore plus indispensable.


C'est une structure participative dans l'esprit du mouvement de l'éducation populaire qui vient d'être mise à mal par la Municipalité.

 

Lors de l'Assemblée Générale Extraordinaire, le Maire-adjoint délégué à la vie associative et aux jumelages a proposé de verser le "boni de liquidation" à une  association présidée par l'époux d'une élue appartenant à son Groupe majoritaire : cette demande a été rejetée par les adhérents présents.

 

Le bruit avait couru dans Clapiers en début d'année que les membres du Bureau de l'Office Municipal des Sports et de la Culture étaient démissionnaires. Lors du Conseil Municipal en date du 12 mars, le Maire avait relayé cette information erronée. Nous avions en effet posé la question orale (qui se pose en fait règlementairement par écrit au moins 48 heures avant le jour de tenue du conseil municipal) suivante :

 

Gouvernance à l’Office Municipal des Sports et de la Culture

"L’Office Municipal des Sports et de la Culture est une structure importante pour animer la vie culturelle et associative de Clapiers. L’Office est codirigé par des élus du Groupe majoritaire et des bénévoles. Le fait que la Municipalité finance une partie des actions lui donne un poids décisionnel informel, même si la Présidence est réservée à un responsable associatif. Quel type de gouvernance souhaitez-vous favoriser dans la prise de décisions, dans la définition des orientations et dans le choix des interventions de l’Office ?"

 

Le Maire avait répondu :

« La composition des organes dirigeant de l’OMSC ne diffère pas de celle qui existait sous la présente mandature et dans laquelle Monsieur CHASTAING siégeait en tant qu’adjoint. Monsieur le Maire n’entend pas favoriser une gouvernance différente de celle cautionnée durant les mandatures précédentes. Les dirigeants de l’Office ne sont pas des élus. Les élus sont membres du Conseil d’Administration et ne sont pas dirigeants à proprement parler. Monsieur le Maire indique que, par transparence absolue, il souhaite informer les élus que le bureau actuel est démissionnaire. Une prochaine assemblée générale est prévue prochainement. »

 

La mort de l'OMSC était-elle déjà programmée ce jour-là ?

Ou bien l'idée a t'elle germée dans les jours et les semaines qui ont suivi ?


Ce n'est pas notre façon de faire de la politique que de changer de position sur des sujets aussi importants, aussi vitaux pour la vie de notre village.

Tout aurait dû être fait pour relancer l'OMSC.

Or, aucun appel à un nouveau bénévolat n'a été fait.

 

Notre Groupe municipal "Clapiers durable et participatif" demande la reconstitution d'un office municipal associant toutes les bonnes volontés et notamment les jeunes du Comité des Fêtes, office auquel les moyens d'agir, matériels et financiers, doivent être donnés.




Lez : plus de points de baignade ! - 07/08/2015


Nul ne peut aujourd'hui affirmer que l'eau du Lez est propre : il se pourrait même que cette eau soit dangereuse en certains lieux.


Pourquoi ? Car, pour qu'il y ait un suivi règlementaire d'analyses mené légalement par l'Agence Régionale de la Santé, le bras armé de l’administration préfectorale et du Ministère de la Santé, il faudrait qu'il existe sur le Lez des points de baignade reconnus par les "personnes responsables des eaux de baignade", c'est-à-dire les communes concernées.


Or, ce n’est plus le cas depuis que les communes de Clapiers, Montferrier sur Lez et Montpellier ne veulent plus déclarer les deux seuls sites sur tout le cours du Lez qui étaient jusqu’à présent officiellement reconnus : « Moulin de Boudet » juste à l’aval de la traversée du Lez par la RD65 et « Moulin de La Valette » à Agropolis.


Le Lez est donc aujourd'hui un des rares fleuves de France ne possédant pas de sites de baignade.
C'est un triste symbole alors qu'un objectif de reconquête de la qualité est affiché par certains élus.
Quand on sait que la France n'arrive pas à respecter la Directive Cadre Européenne visant à rétablir la qualité naturelle des milieux aquatiques et préfère, de fait, payer des pénalités financières à ce titre !


Certes, la qualité de l'eau d'une rivière se dégrade toujours de l'amont vers l'aval (qui voudrait se baigner dans le Lez à Lattes ou à Palavas ?), mais celle de ce fleuve était jugée sur son cours supérieur de qualité satisfaisante quand les points de baignade étaient encore reconnus (encore en 2010, au Moulin de Boudet comme au Moulin de La Valette, la plage la plus prisée du Lez qui attire quotidiennement l'été des dizaines de baigneurs).


La non reconnaissance d'un point de baignade, cela signifie l’absence d'analyses de l'eau, l’absence d'affichage sur site des résultats et de publication ouverte à tous sur Internet ce qui serait obligatoire sinon, l’absence de définition d'un "profil de baignade", c'est-à-dire d'une fiche contraignante précisant les travaux à entreprendre (collecte et traitement des eaux usées essentiellement en général) pour tendre vers une bonne qualité de l'eau.


La suppression de la station d'épuration de Prades le Lez, la réparation du collecteur d’eaux usées de Montferrier sur Lez ont été des progrès.
Idem, plus à l'aval et plus récemment, avec des travaux à Castelnau le Lez.
Le doublement (au minimum) du débit du Lez au Moulin de La Valette grâce à un apport d'eau exogène venant du Rhône est une astuce, coûteuse pour le contribuable mais efficace sur le plan du strict maintien du niveau d'eau, même si évidemment ce n'est pas de l'eau "naturelle".
Cependant, il manque encore l'ouvrage majeur appelé "Intercepteur-Est" devant transporter les eaux usées de Prades, Montferrier et Clapiers, via Castelnau et Montpellier, à la station d'épuration métropolitaine de Maéra, dont le retard bloquera bientôt l'extension urbanistique de ces trois villages.


Bref, à quand un Lez à nouveau ouvert à la baignade ?

Quand renouerons-nous avec la grande tradition du temps de Frédéric Bazille ou de l'époque antérieure à l'urbanisation massive ?


Cela ferait plaisir tous les ans à des milliers de « Montpelliérains », de Clapiérois, d’estivants d’ici et d’ailleurs.


Constatons toutefois que cela n'a pas vraiment été une des préoccupations des décideurs jusqu'à ce jour.

 

Notre Groupe municipal "Clapiers durable et participatif" souhaite que les municipalités de Montpellier, Montferrier et Clapiers s'entendent pour rouvrir officiellement et en toute sécurité la plage de La Valette fréquentée par des centaines de personnes tout l'été.




Je suis Charlie. Nous sommes Charlie.


En ciblant symboliquement le Journal Charlie Hebdo, les terroristes islamistes se sont attaqués le 7 janvier 2015 à la liberté de la presse.


Ces attentats sanglants ont bien sûr d'abord nié la vie, l’intelligence, l’humour.


Ils visaient, au-delà, à imposer un monde du silence, de la peur, de l’obscurantisme, à l’opposé complet des idéaux du Siècle des Lumières, de la Révolution française, de notre République.


En manifestant massivement le dimanche 11 janvier, quatre millions de Français – anonymes dans la foule, dignes et debout – ont été les porte-parole de tous les défenseurs des libertés publiques et privées.


Partout dans le Monde, les nombreux rassemblements de solidarité ont rappelé que les valeurs de tolérance et d’humanisme sont universelles.