A) Vieux Village : Mairie et promoteurs unis contre la population

B) Suppression de la collecte de la poubelle grise le lundi

C) Projet de ZAC du Castelet

D) Création de la Métropole

E) Les travaux de la Ligne 5 du tramway remis sine die


A) Vieux Village : Mairie et promoteurs unis contre la population

 

Plus de 650 signataires en 10 jours à la pétition lancée par l’Association Protection Centre Ancien Clapiers : le message aux promoteurs et à la Municipalité est clair !

 

La population clapiéroise ne veut pas du projet immobilier, conçu en catamini, de 50 logements en plein centre du village, face à l’église.

 

C’est la façon dont la majorité municipale cache systématiquement les gros dossiers aux citoyens qui choque.

 

A Clapiers, certains ne semblent pas connaître le sens du mot « démocratie ».

 

Prendre les gens de haut, nier leur intelligence, confisquer le pouvoir, expliquer ensuite qu’un tel a mal compris, que tel autre aurait des arrière-pensées, refuser l’intelligence collective, le débat et la discussion avec les Clapiérois, toutes ces dérives mènent à l’impasse.

 

Clapiers a sa propre histoire.

 

On y vient et on y reste pour la beauté de son centre historique qui donne de la valeur aux nouveaux quartiers, du sens à tout le village tel qu’il s’est métamorphosé maintenant.

 

Le centre ancien est le symbole de Clapiers : c’est un témoignage inestimable d’où nous venons.

 

Il nous dit où nous ne devons pas aller.

Michel Chastaing

Le 11 septembre 2016


B) Suppression de la collecte de la poubelle grise le lundi


 

Les habitants de Clapiers résident à plus 80 % en habitat individuel.

 

Il y a une vingtaine d’année, la Commune était compétente en matière de ramassage des ordures ménagères : un contrat très intéressant financièrement la liait avec la Société Nicollin.

 

A l’époque, la collecte était indifférenciée et l’unique poubelle grise était collectée 5 fois par semaine en secteur pavillonnaire !!!

 

Lorsque le District de Montpellier s’est transformé en Communauté d’Agglomération, la loi venait de préciser que collecte et traitement des ordures ménagères étaient indissociables.

 

La Communauté a donc récupéré la compétence Collecte, avec à la clef une augmentation substantielle de la TEOM (taxe d’enlèvement des ordures ménagères) pour les Clapiérois et une réduction de la fréquence hebdomadaire de collecte à 4 fois.

 

Depuis, la Communauté d’Agglomération a mis en place le tri sélectif dans le cadre de l’émergence de la notion de développement durable.

 

Le passage en Métropole n’a changé ni la fréquence (4 fois par semaine au total), ni le calendrier de collecte en secteur pavillonnaire :

 

-          La poubelle grise (non recyclables) le lundi ET le vendredi,

 

-          La poubelle orange (fermentescibles) le mercredi,

 

-          La poubelle jaune (recyclables) le jeudi.

 

En revanche, le service mis en place au 1er janvier 2016 réduit la collecte hebdomadaire de la poubelle grise au seul vendredi, supprimant l’enlèvement du lundi.

 

Cela signifie que les déchets ménagers du week-end attendront plusieurs jours, avec des fermentations inopportunes (dégagement de gaz à effet de serre notamment) et des odeurs intempestives, voire pestilentielles aux plus fortes chaleurs.

 

Malgré cette réduction du service rendu aux usagers, le taux de la TEOM reste inchangé en 2016.

 

Que propose le Groupe municipal « Clapiers durable et participatif » ?

 

1)      De revenir à 2 jours de collecte hebdomadaire pour la poubelle grise, c’est-à-dire ramasser à nouveau le lundi.

 

2)      Si la Métropole persiste sur cette régression, de ramener l’unique jour de collecte au lundi ou au pire au mardi.

 

3)      Utiliser le plus rapidement possible les énergies propres pour les camions-bennes : soit généralisation du GNV (Gaz Naturel de Véhicule = Méthane ou Gaz de Ville) déjà utilisé pour certains camions sur Montpellier, ou mieux, passer à l’électrique,

 

4)      D’aller le plus rapidement possible vers un système de collecte sélective, moderne et de qualité consistant à relever seulement 2 fois par semaine mais les 3 poubelles à la fois, après s’être équipé de camions avec des bennes compartimentées.

 

Cette « multi collecte » qui permet de gérer 3 flux de déchets est au final optimale en termes de :

 

-          Réduction des kilomètres parcourus,

 

-          Réduction du temps de travail,

 

-          Amélioration des conditions de travail : cadences moins intenses et plus de temps consacré aux usagers,

 

-          Réductions des nuisances : moins de bruits, moins d’odeurs et plus d’hygiène concernant les poubelles grise et orange.


C) Projet de ZAC du Castelet


A1) Positions prises par le Groupe "Clapiers durable et participatif"

A2) Compte rendu de la réunion publique du 26 mai 2015 par le Groupe "Clapiers durable et participatif" (à ce jour aucun compte rendu officiel n'a été rendu public par la Municipalité)

A3) Évolutions du dossier en 2015 et comparaisons avec la ZAC de la Draye à Jacou et la ZAC du Mas de Caylus à Castelnau le Lez


A1) Positions prises par le Groupe "Clapiers durable et participatif"

 

Le Groupe "Clapiers durable et participatif", durant la campagne des Municipales et après l'élection, a toujours fait des propositions constructives concernant le projet de Zone d'Aménagement Concerté du Castelet (425 logements prévus par la Municipalité sur 14 hectares d'excellents terrains agricoles, entre le Collège François Mitterrand, le Château et l'ancien Centre aéré des PTT). 


A2) Compte rendu de la réunion publique du 26 mai 2015 par le Groupe "Clapiers durable et participatif" (à ce jour aucun compte rendu officiel n'a été rendu public par la Municipalité)

 

Environ 80 personnes présentes dont environ 25 habitants du Clos des Pins.

Des arrivées en cours de séance et des départs : une centaine de personnes auront assisté à la réunion.

 

La Municipalité, le Bureau d’études (plusieurs intervenants de plusieurs sociétés réunies en « groupe ») et la SAAM (Directeur + chargée de mission) exposent à l’assistance la « Phase d’avant-projet ».

 

Le Maire fixe par avance la fin de la réunion 1 h 30 plus tard car « nous avons d’autres obligations ensuite ».

« Le Projet a été lancé par mon prédécesseur et ses équipes. »

Il s’agit de répondre à la production de logements fixée par le Plan Local de l'Habitat (PLH) de la Métropole.

 

L’Adjoint à l’urbanisme : « Nécessité de construire ce nouveau quartier.

Le PLH, c’est un objectif de production de 5.000 logements par an sur la Métropole et de 75 par an à Clapiers, « ordre de grandeur vers lequel nous allons tendre ».

Sur Clapiers, une vraie demande de logements : jusqu’à présent une seule forme – la villa – certaines sont en cours de revente (budget de 300 à 600.000 €).

« Objectif réel de proposer du prix abordable sur la commune. »

« Nous avons hérité de la localisation. »

« Ne pas faire un quartier refermé sur lui-même : accroche par la rue du Château. »

« 2 perspectives à conserver : de Jacou, du Collège vers le village. »

« Quartier de densité plus importante qu’auparavant. Du lotissement (10 à 12 logements par hectare) à un quartier à 30 log/ha. C’est nouveau. »

« Donc minimiser l’impact par des aménagements architecturaux. »

« Très majoritairement, petits immeubles de 20 à 25 logements. »

« Stationnement - souvent un problème - 2 places par logement sur ce quartier. »

« Contrainte hydraulique ».

Directeur de la SAAM

Commercialisera auprès de promoteurs et « peut-être des particuliers ».

« Déclaré d’intérêt général fin 2014 »

« Programme d’équipements publics : la prochaine étape au 1er semestre 2016. »

« Démarrage des premiers travaux de viabilisation en 2017. »

« Premières livraisons en 2018 et 2019. »

Groupe des bureaux d’études

« Bassins de rétention actuels pas intégrés au paysage »

« Marqueurs de paysage : deux éléments verticaux = Château + Clocher église »

Boulevard de la Liberté : « on va essayer de le réaménager partiellement »

« Voie piétonne et vélos intégrée au site et permettant de rejoindre la Vallée du Lez »

« Recréer du lien entre le Centre-Ville et le Collège au travers du site »

« Lien social : beaucoup d’espaces publics et d’espaces privés partagés »

 « Par l’aménagement, fédérer chez les résidents un comportement éco-responsable »

« Contre la climatisation : donc  un maximum d’appartements traversants pour qu’ils se rafraichissent naturellement »

«Bassin de rétention : une fonction de « grande aire de jeux » »

« 12 îles »

« Minimum 20 m entre 2 îles, voire 30, 40, 50 m »

« Du boisement et des zones plus jardinées au contact des logements et au milieu des îlots »

« carrefour : grande place, urbaine, avec priorité aux piétons » ou encore redéfini avec ces mots « grand espace public traversé par les piétons »

Petits îlots : des impasses pour les desservir.

Voies à sens unique pour desservir un lot, voire 2.

Offre : lots à bâtir, maisons en bande, habitations intermédiaires, « villas patio », collectifs

Parkings semi-enterrés sous collectifs : moins cher et éclairage naturel (mais du coup un demi-étage de plus)

Le parcage des voitures est souvent problématique dans les nouveaux quartiers

Cette préoccupation "a été prise en compte" :

  • le long des voies à double sens, des parkings longitudinaux

  • des parkings collectifs aussi

Déroulement des travaux :

  • le phasage débute côté boulevard Georges Frêche pour finir côté ex Centre aéré des PTT

  • l’ensemble du site sera d’abord planté d’arbres « à l’amont »

  • puis succession de petits chantiers

Questions dans la salle :

  1. Une personne dans la Salle : 425 logements x 2,5 habitants, cela fait beaucoup de monde ! Quelles surfaces auront les terrains ?

Réponse Gilles Chrétien : étalé sur 5 à 7 ans, 400 à 450 logements, 200 à 300 m² pour les lots à bâtir classiques, 150 m² en "prix abordable"

  • Bernard Canal : 220 ha par jour perdus pour l’agriculture / exit les micro fermes maraîchères à proximité de la ville

  • La dénomination d’éco-quartier : qu’est ce qui justifie ce label ?

Réponse : Projet présenté à la Région et qui a reçu la labellisation « Nouvelles formes urbaines »

  • Pierre Camps : Première question = Un gros problème : le Tramway n’arrive plus à Clapiers comme prévu précédemment, ce qui justifiait le terme d’éco-quartier.

  • Deuxième question : Pourquoi ne pas avoir prévu une autre sortie sur la RD 21 allant vers Jacou, alors que l’on annonce 600 nouvelles voitures sur le site ?

Réponses : Il existe d’autres éco quartiers dans la Métropole non desservis par le Tramway / La seule possibilité pour la desserte indiquée serait de passer par le bassin de rétention ou par un terrain adjacent qu’il n’est pas prévu d’acheter.

  1. Robert Lifran : inquiet quant au devenir de 2 parcelles cruciales = triangle à proximité du Château et terrains nous séparant de Jacou / pas normal qu’on ne parle pas de leur devenir et qu’il n’y ait pas eu une réflexion d’ensemble

Gilles Chrétien : opération à 8 - 10 ans / « On ne peut pas acheter trop de terrains sans mettre à mal les finances des contribuables. »

Débat à venir dans 3 ou 4 ans, au niveau de la révision du SCOT.

5 minutes plus tard, intercalé après une réponse à une autre question, intervention d’un membre du Groupe des bureaux d’études : « De toute manière, dans 10 ans, tout sera construit ! »

Robert Lifran objecte alors que la préoccupation ne peut pas être uniquement l’équilibre budgétaire à court terme de l’opération mais le cadre de vie et le village que nous laisserons aux futurs habitants de Clapiers.

  1. Mme Martinès du Clos des Pins : Quid de la circulation sur le boulevard de la Liberté ?

Réponse une étude de circulation en cours / des comptages faits bd Georges Frêche et bd de la Liberté / les 2 carrefours devraient pouvoir fonctionner

  1. Un habitant du Clos des Pins : une lettre adressé à la Mairie par les résidents du Clos des Pins laissée sans réponse.

  2. Demande moins de traversées piétons (5 de prévues) pour éviter d'emprunter le Clos des Pins.

Pas de réponse.

  1. Une personne dans la Salle : comment accueillera-t-on autant de nouveaux habitants ?

Réponse : pour les équipements publics, une étude aussi.

  1. Une personne dans la Salle : Quel sera le prix des lots et du m² ?

Pas d’information donnée en réponse.

  1. Chantal Second-Mazzela : quelle structure comptez-vous mettre en place pour permettre à la population de participer au projet ?

  2. Idem en termes de commission de travail ?

Pas de réponse.

  1.  Michel Chastaing : Qui prendra en charge les frais d’aménagement de la rue du Château, des bd de la Liberté et Georges Frêche, des 2 ronds-points ? / Quels sont les équipements publics prévus ?

  2. Le risque de déficit qui échoirait à notre Commune est-il couvert ? / Notre Groupe municipal souhaite une participation financière de l’aménageur à notre Commune d’un montant significatif

  3. Les caractéristiques d’un éco quartier sont-elles toujours d’actualité, notamment la chaufferie-bois centrale ?

  4. Souhaite que cela ne soit pas qu’une opération financière et que l’humain soit pris en compte en associant notamment à la réflexion les Clapiérois et les futurs habitants

Directeur SAAM : « Le principe est qu’il n’y a pas de déficit. S’il devait y avoir un excédent, il vous serait reversé. »

« La réunion d’aujourd’hui, c’est ce qui correspond à la concertation. »

Eric Penso : « J’ai entre 200 et 300 demandes de logements à Clapiers donc je ne me fais pas de soucis sur le déficit. »

Aucune réponse sur les équipements publics, ni sur la prise en charge de travaux ou encore sur le développement durable.

Eric Penso ayant précédemment dit que « Philippe Saurel est venu devant le Conseil municipal pour dire que la Ligne 5 du tramway n’était que reporté et non annulée », Michel Chastaing a été dans l’obligation de préciser en début de son intervention « Philippe Saurel n’est pas venu devant le Conseil municipal puisque le Maire l’a refusé, a organisé une réunion à huis-clos et a rejeté le principe d'une réunion publique que notre Groupe demandait ce qui aurait permis d’informer la population sur la création de la Métropole. »

  1.  Luis Villalba : l’urbanité, c’est important / l’écologie s’occupe aussi de l’homme / expérience dans mon quartier : au début, pas de murs et les enfants se parlaient puis les murs de clôture se sont élevés…

Réponse du Bureau d’études : « On monte des murs car les passants passent près des murs et on se sent observé. »

 

Le Maire écourte la réunion en disant ne plus prendre en compte aucune nouvelle question.

 

A3) Évolutions du dossier en 2015 et comparaisons avec la ZAC de la Draye à Jacou et la ZAC du Mas de Caylus à Castelnau le Lez Site en cours de construction

 

Article en construction


D) Création de la Métropole


B1) Positions prises par le Groupe "Clapiers durable et participatif"

B2) Conséquences de la création de Montpellier Méditerranée Métropole


B1) Positions prises par le Groupe "Clapiers durable et participatif"

 

Lors de la campagne des Municipales de 2014, la liste "Clapiers durable et participatif" avait marqué son intérêt pour l'intercommunalité mais avait très clairement annoncé qu'elle voterait contre la transformation de la Communauté d'agglomération en Métropole si la Commune perdait la compétence Urbanisme, la loi n'étant pas à l'époque encore sortie.

 

La Majorité municipal actuelle était sur la même position mais elle s'est ensuite complètement reniée puisque la Commune a perdu la maîtrise des plans locaux d'urbanisme, le droit de préemption urbain, la main mise sur les ZAD (zones d'aménagement différé) et les ZAC (zones d'aménagement concerté).

 

En effet, les 14 encartés socialistes, les 2 encartés Verts et les 7 autres élus de la liste majoritaire ont voté comme un seul homme la transformation de la Communauté d'agglomération en Métropole, faisant perdre à notre commune plusieurs compétences importantes : urbanisme, voirie, nettoyage des rues, éclairage public, espaces verts, taxe sur l'électricité, taxe d'aménagement.

 

Dès le mois d'août 2014, notre Groupe municipal a pourtant demandé au Maire l'organisation d'un référendum local qui aurait permis aux Clapiérois de s'exprimer librement, le Conseil municipal étant in fine souverain.

 

Le Maire s'est réfugié derrière des délais dépassés alors qu'il aurait pu réunir dans les temps le conseil municipal compétent pour décider de ce type de référendum.

 

Avec la liste "Faire réussir la gauche au service des Clapiérois", nous avons lancé une campagne d'information en organisant :

- la diffusion de tracts dans toutes les boîtes aux lettres et le jour du Festival de la Tomate,

- une soirée-débat un vendredi soir,

- une votation citoyenne deux jours de suite (samedi et dimanche) sur la place devant l'ex MJC (plus de 400 participants à 95 % contre la création de la Métropole), à partir de la liste électorale communale.

 

Philippe Saurel souhaitait s'exprimer devant les élus municipaux et la population.

Nous avons revendiqué auprès du Maire une réunion ouverte au public : ce dernier a refusé cette transparence et la réunion d'information, très instructive au demeurant, s'est tenue à huis clos sur décision du Maire.

 

Le Maire nous a aussi refusé la tenue du conseil municipal qui a suivi à la salle Jean-Barrault, comme nous lui en avions fait la demande par écrit, ce qui aurait permis d'accueillir plus de public qu'à la Salle des mariages.

 

La soirée-débat et la votation citoyenne ont fait l'objet d'une annonce commune à nos deux listes, comme tribune libre dans la Lettre de la Commune dont la diffusion a été anormalement longue à venir, a débuté dès le jeudi , au compte-goutte dans quelques boîtes aux lettres, avant de démarrer réellement trop tard pour passer l'information, c'est-à-dire à compter du lundi.

 

Notre slogan "Métropole, exigeons le vote citoyen", résumait bien notre position.

 

De leur côté, le Maire et la Majorité municipale ont tout fait pour empêcher le débat et l'information citoyenne.

 

La démocratie en est sortie bafouée.

 

Le Groupe municipal "Clapiers durable et participatif" considère qu'éclairer ses concitoyens est un devoir et que les élus doivent respecter leurs engagements.

 

B2) Conséquences de la création de Montpellier Méditerranée Métropole

 

Créée officiellement le 1er janvier 2015, la Métropole est dorénavant dotée de nouvelles compétences prises aux communes : urbanisme (PLU, ZAD, ZAC, droit de préemption urbain, constitution de réserves foncières), protection et mise en valeur de l'environnement, politique du cadre de vie, logement, voirie, nettoyage des rues, éclairage public, espaces verts, concession de la distribution publique de gaz et d'électricité, gestion des cimetières.

 

La Métropole hérite sur son territoire d'autres compétences prises à la Région et surtout au Département, tout de suite (la voirie) ou à terme (notamment le social).

 

C'est un niveau territorial qui s'inscrit dans la trilogie Europe / Grandes régions / Métropoles.

Toute Métropole rêve en plus de constituer un pôle métropolitain, englobant le plus grand territoire possible et renforçant son influence.

 

Compte tenu de la complexité des transferts financiers et de compétences, les communes se sont vues remettre par convention, pour la seule année 2015, le droit de gérer pour la Métropole les compétences légalement transférées, donnant l'illusion que rien n'a changé.

De nombreux agents communaux sont toutefois d'ores et déjà transférés à la Métropole : 16 agents communaux sont concernés à Clapiers, représentant 12 équivalents temps plein.

 

La Commune de Clapiers devra maintenant verser tous les ans une somme immuable de 362.708 € au budget de fonctionnement de la Métropole alors qu'elle recevait précédemment 29.906 € de la Communauté d'Agglomération.

 

Le Maire est privé de nombreux moyens d'intervention : les politiques publiques communales vont s'amenuiser.

Partout en France, de nombreuses délégations d'élus seront très prochainement symboliques, vidées de toute consistance, ce qui remettra naturellement en cause le niveau de leurs indemnités d'élus.

 

A terme, les communes verront logiquement chuter leur Dotation globale de fonctionnement (DGF) puisque ce transfert d'argent de l'Etat est calculé en fonction des compétences réellement exercées.

Cette baisse de DGF s'additionnera à celle impactant toutes les collectivités territoriales, sans exception, au titre des efforts collectifs visant à réduire les déficits publics.

 

"Clapiers durable et participatif" continuera à informer de façon loyale et complète les Clapiérois sur les effets de ces transferts de compétences pour notre Commune, ses contribuables et ses habitants.





E) Les travaux de la Ligne 5 du Tramway remis sine die 


C1) Point sur le projet de Ligne 5 (début septembre 2015)

C2) L'action du ColL5ctif Ligne 5

C3) Les enjeux humains, techniques et financiers de la Ligne 5

C4) Notre position

C5) Le Maire rejette nos trois motions en juillet 2014, décembre 2014 et en février 2015

C6) Nouvelle proposition de motion le 7 septembre 2015


C1) Point sur le projet de Ligne 5 (début septembre 2015)

 

Le nouvelle Ligne 5 du Tramway devait relier en 2017 Lavérune au sud-ouest à Clapiers dans le nord, via Montpellier, Saint Jean de Védas et le rond-point d’Agropolis.

 

Le prolongement ultérieur jusqu’à Prades de Lez avait été lui-aussi approuvé à l’unanimité par le Conseil d’Agglomération de Montpellier sous la Présidence de Georges Frêche.

 

Son nouveau président a fait voter, par ce même Conseil, le 13 juin 2014, "un moratoire" sur ce tracé pour le "remettre à plat".

 

Pour Philippe Saurel :

- "Pas une roue de la ligne 5 ne traversera le parc Montcalm" : c’était un de ses principaux engagements de campagne,

- "La ligne 5, c'est 400 M€ sans argent de la Région, du Département et avec 31 M€ de subvention de l'État. Or, nous avons tous voté contre une augmentation des impôts. Moi, sans augmenter les impôts, je ne sais pas faire."

 

Depuis cette décision lourde de conséquence :

  • la Ligne 4 permettant de boucler l’Ecusson et qui n’est en réalité que le tronçon central de la Ligne 5 telle qu’approuvée par Déclaration d’Utilité Publique est bien avancée et sera livrée en 2016,

  • la connexion à la Mer n’est plus évoquée : il est vrai que l’investissement incomberait à l’Autorité Organisatrice de Transport, en l’occurrence la Communauté d’Agglomération du Pays de l’Or, et que cette collectivité devrait s’entendre pour le partage des coûts de fonctionnement avec l’actuelle Métropole de Montpellier,

  • des branches vers la très controversée Gare TGV de la Mogère (en projet au cœur du futur quartier Oz) et l’Aéroport de Montpellier-Fréjorgues semblent envisagées.

La concertation publique qui devait succéder à la décision de suspension des travaux sur la Ligne 5, hormis sur le tracé de la Ligne 4, n’a jamais été lancée.

La Ligne 5 est donc actuellement au point mort, suspendue à une décision politique de relance.

 

C2) L'action du ColL5ctif Ligne 5

 

Le ColL5ctif Ligne 5 regroupe de nombreuses associations de Montpellier, et plusieurs collectifs d'associations de Lavérune, Saint-Jean de Védas, Saint-Georges d'Orques, Clapiers, Prades le Lez.

 

A Clapiers, il existe un collectif d'associations à l'initiative de l'association "Clapiers durable", ouvert à tous ceux qui veulent voir l'aboutissement d'un projet, validé par une DUP, maintenant suspendu depuis 18 mois.

 

Michel Chastaing siège au Comité de pilotage du ColL5ctif Ligne 5, depuis le début du mouvement.

 

Ce dernier organise tous les 5 du mois un événement : débat, conférence, manifestation, fête, happening.

 

Le 5 avril 2015, s'est tenu à Clapiers une conférence débat où Michel Chastaing a présenté devant de nombreux participants les enjeux financiers.

 

Le 5 juillet 2015, des habitants de notre agglomération ont convergé, à pied ou à vélo, vers Montpellier, en se donnant rendez-vous aux futures stations de la Ligne 5 : un mariage symbolique a été fêté, celui d'un couple représentant Lavérune et Clapiers, les deux villages terminus.

 

Le 5 septembre 2015, le CoLl5ctif a tenu une conférence de presse relatée par Midi Libre (cf. cliché de ce journal avec Christophe Tardy, un des porte-parole du mouvement, Président de l'association "Clérondegambe", prenant la parole devant les journalistes).

 

C3) Les enjeux humains, techniques et financiers de la Ligne 5

 

Compte rendu de la soirée-débat du 5 février à Clapiers qui a réuni plus de 100 participants (rédigé par Eliane Urtado, membre du CoLl5ctif Ligne 5 et Présidente de l'association PAVE). 

 

 

1/ Finances : Présentation par Michel Chastaing

 

Etude des coûts réels à partir des chiffres inclus dans la Déclaration d’Utilité publique

 

  • La ligne 5 est arrêtée depuis 15 mois.

  • La rumeur parle de 450 millions d’euros pour la construction de la ligne. Or, les collectivités territoriales récupèrent la TVA : le coût réel est ainsi de 320 millions d’euros dont 26 millions hors taxes dévolus aux travaux de la ligne 4 (incluse dans la DUP de la Ligne 5).

  • Les subventions :

    • Région (au moins 25 millions)

    • celle de l’Etat est acquise : 31,42 millions d’euros (Grenelle 2)

    • Département de l'Hérault : aucune participation pour l'instant  (évolution possible avec les élections départementales)

  • Prêts possibles par la Banque Européenne d’Investissement, sur 30 ans à des taux intéressants actuellement

  • Le coût pourrait être inférieur en fonction de la baisse actuelle du prix des matériaux (acier, béton, asphalte) liée à la baisse du prix du pétrole

  • La ligne 5 serait bénéficiaire au bout de deux ans : 3 millions d’euros annuels

  • Les entreprises (au delà de 9 salariés) contribuent aux transports urbains : la taxe transport représente un quart des ressources de la Métropole en matière de transport public

  • Le dynamisme de Montpellier est un gage stable de revenus pour le financement des transports dont le coût repose en grande partie sur la contribution des entreprises

  • Arguments en faveur du Tramway : développement durable, lutte contre la pollution, sécurité routière et source importante d’emplois durant les trois ans du chantier.

 

2/ Données techniques apportées par Eric Boisseau de la Fédération Nationale des Associations des Usagers du Transport

 

  • Prévisions pour la  ligne 5 : 60 000 voyageurs / jour (contre 30 000 voyageurs/jour pour certaines autres lignes)

  • Le Tramway est beaucoup plus attractif que le Bus (plus rapide)

  • L’écart de coût entre Tramway et BHNS n’est pas si important (ex. le tramway de Valenciennes moins cher que le BHNS de Nîmes car il circule en voie unique avec circulation alternée).

  • Rallongement important du temps de transport lorsqu’il y a des correspondances

  • Proposition : Pendant la période de moratoire, le Président de la Métropole pourrait demander au maître d’œuvre de s’inspirer de l’exemple de Besançon dont le tramway se révèle très économique, pour baisser le montant de la facture

  • Ces différents points seront débattus lors de la prochaine réunion du collectif à Cournonterral le 5 mars 2015, avec Marc Letourneur, ancien directeur de la TAM 

 

3/ Importance du tramway pour les habitants de Clapiers : Yves Paccou, représentant l'association "La ligne 5, c’est maintenant !"

 

  • La ligne 5 au nord et à l’ouest de Montpellier se justifie d’une part par le Plan Campus

  • Le tramway à Clapiers permettrait de loger des étudiants sur cette commune

  • Le prolongement jusqu’à Clapiers constitue une mesure de justice et d’équité (le financement Agglo ne doit pas s’arrêter à Montpellier)

  • Problème du franchissement du Lez : erreur d’avoir fait un pont sans prévoir le Tram. Ceci ne doit pas servir d’argument contre le tramway

  • Terminus de Girac proche de la Médiathèque est très important car :

    • Tous les lotissements de la commune sont desservis

    • 60% des Clapiérois actifs travaillent dans la zone nord de Montpellier (Hôpitaux, Facultés, Agropolis…)

    • Hors raisons professionnelles, les habitants pourraient aller à Montpellier-Centre ou à la gare en 30 minutes (au lieu de l’actuel trajet via Jacou ligne 2, rédhibitoire car beaucoup trop long)

    • L’existence d’un parking de 500 places (parmi les plus grands parkings de délestage de la métropole), réduirait considérablement le nombre de voitures en circulation

 

4/ Importance du Tramway de l'autre côté de la ligne pour Lavérune et Ovalie

 

  • Fort trafic routier entre Lavérune et Montpellier : la commune est le point de convergence de nombreux axes vers la métropole engendrant des problèmes : pollution, bruit, embouteillages, …

  • Importance du Tramway pour le public scolaire : les jeunes de Lavérune fréquentent le lycée Georges Clemenceau à Montpellier (seul établissement du second degré non relié à un Tramway). Les trajets quotidiens sont de l’ordre de 2 heures aller/retour dans des bus surchargés (de nombreuses personnes circulent debout).

  • Ovalie : forte densité pour éviter l’étalement urbain, pensé à l'origine avec la desserte d'un Tramway

  • Equipement sportif très important : le stade de rugby est donc le seul équipement sportif d'importance non desservi par une ligne de tramway

  • L’ouest de Montpellier étant très peuplé, le passage du Tramway représente là encore, une mesure de justice et d’équité 

 

5/  Echanges avec la salle

 

  • Agropolis : intervention d’une chercheuse qui évoque les nombreux soutiens sur le Site (bénéfiques pour les salariés et condition nécessaire pour recevoir des partenaires internationaux). Elle pense qu’une association interne à Agropolis va pouvoir se mettre rapidement en place.

  • Montpellier est une des grandes villes les moins endettées (sous-entendu, elle peut se permettre de contracter un prêt pour cette Ligne).

  • Un candidat-suppléant aux élections départementales présent dans la salle se prononce en faveur de la Ligne 5, car allant dans le sens du développement durable.

  • Accès aux universités : 15 minutes en Tramway contre 40 à 45 minutes en bus.

  • Contestation de la portion du Tramway à voie unique qui constituerait un frein considérable (cf. Jacou). Il faut avoir une vision urbanistique globale à moyen terme en considérant le développement de la métropole, très important dans les cinquante prochaines années.

  • Montferrier avait demandé le passage du Tramway : la proposition a été rejetée au moment de la DUP car cela aurait induit un surcoût de 2 millions d’euros ? (pont supplémentaire). Nécessité pour le collectif de se référer à la DUP actuelle pour ne pas prendre davantage de retard dans la réalisation du Tramway.

  • Nécessité d’ancrer les argumentaires sur de vrais besoins : mettre en lien le besoin de Tram avec la densité urbaine (faut-il vraiment envisager le prolongement jusqu’à Prades-le-lez ?)

  • Position politique du Collectif jugée frileuse.  Réponse du collectif : position apolitique du Collectif ce qui n’empêche pas d’envoyer un courrier à tous les élus en place  et aux candidats aux prochaines élections.

  • Toutes les personnes qui soutiennent l’action du collectif peuvent aller dans les réunions publiques rechercher les soutiens des différents candidats.

  • Propositions : des autocollants à distribuer dans les embouteillages, distribution de tracts les soirs de matchs à Ovalie, recherche de soutien des associations de parents d’élève (Clémenceau, Agropolis), collecte de dons lors des prochaines réunions pour financer nos actions.

 

 

C4) Notre position

 

Clapiers jouxte Montpellier mais est mal desservie par le transport en commun.

 

Le bus est en effet peu confortable pour les personnes d’un certain âge, à fréquence faible durant la journée, à durée de trajet non garantie pour les lycéens, étudiants et travailleurs qui le prennent matin et soir aux heures de pointe.

 

La Ligne 2 n’est pas pratique pour les Clapiérois : d’une, le terminus est à un quart d’heure en bus, deux, peu de parkings sont disponibles, trois, cette ligne égraine un trop grand nombre de stations avant d’entrer dans Montpellier.

 

En revanche, le projet de Ligne 5 irrigue le principal bassin d’emplois et d’activités des Clapiérois : hôpitaux, facultés, centres de recherches, lycée de secteur (Frédéric Bazillle - Agropolis).

 

Le terminus prévu à la Médiathèque Albert Camus mettra Clapiers à 20 minutes de la Place de la Comédie.

 

Le réseau de Tramway étant maintenant bien maillé (3 lignes et livraison de la quatrième prochainement) offre dorénavant de nombreuses correspondances.

 

Le Groupe « Clapiers durable et participatif » est favorable au Tramway en général et à la construction de la Ligne 5.

 

Bien entendu, les opportunités de développement humain, économique et urbanistique engendrés par le Tramway doivent être encadrées.

 

Pour nous, sont des nécessités de :

  • maîtriser les aspects sécuritaires et d’accessibilité,

  • ne pas perturber le flux sur les pistes cyclables existantes,

  • donner la possibilité aux automobilistes venant de la route de Prades le Lez de se garer dans un grand parking à Girac,

  • relier les terminus de Jacou (Ligne 2) et de Clapiers (Ligne 5) avec un bus cadencé,

  • desservir le nouveau quartier du Castelet qui, sans mode de transport à haute fréquence et écologique, ne peut prétendre au Label d’éco-quartier.

En revanche, l’arrivée du Tramway à Clapiers ne doit pas servir de prétexte à l’urbanisation de Plan Goutier.

 

C5) Le Maire rejette nos trois motions en juillet 2014, décembre 2014 et en février 2015

 

Le Maire de Clapiers a refusé d'inscrire à l'ordre du jour des conseils municipaux, en date respectivement du 23/07/2014, 16/12/2014 et 24/02/2015, l'examen de trois motions de soutien à la Ligne 5 que le Groupe municipal "Clapiers durable et participatif" lui avait soumis dans les règles.

Le vote d'une motion en Conseil municipal, dont le Maire a le pouvoir de fixer l'ordre du jour, permet un débat public entre conseillers municipaux et la définition d'une position de la Commune.

Au vu d'un texte de motion proposé par un élu ou un groupe, le Maire peut toujours proposer un autre texte traitant du même sujet si tous les termes ne lui plaisent pas.

Une motion approuvée fait en général l'objet d'une publicité auprès de la population et des décideurs.

La Commune de Clapiers n'a donc pas à ce jour de position officielle concernant son soutien, ou son opposition, au projet de Ligne 5 du Tramway.

Voici le contenu de nos trois demandes :

 

Clapiers, le 27 juin 2014

Michel Chastaing

1, rue Georges Brassens - 34830 Clapiers

Conseiller municipal

Représentant le Groupe « Clapiers durable et participatif »

 

à

Monsieur le Maire de Clapiers

Mairie de Clapiers

5, Grand’Rue Marie Lacroix

34830 Clapiers

 

 

Objet : Motion sur l’amélioration du transport en commun

 

 

Monsieur le Maire,

 

Au nom de notre Groupe « Clapiers durable et participatif », je vous demande de bien vouloir soumettre à l’ordre du jour du prochain Conseil Municipal la motion suivante relative à l’amélioration du transport en commun à Clapiers.

 

Motion proposée au vote du Conseil municipal de Clapiers

 

Le Conseil municipal de Clapiers :

 

-                     confirme son attachement à la réalisation de la Ligne 5 du Tramway dans les délais initialement annoncés,

 

-                     demande à l’Etat de maintenir sa subvention,

 

-                     demande au Conseil Général de l’Hérault et au Conseil Régional Languedoc-Roussillon de bien vouloir revoir leur position et d’allouer une aide permettant, sur le plan économique, la poursuite de l’opération.

 

Le « moratoire » ou le « différé » annoncés par la Communauté d’Agglomération doivent être l’occasion d’une réflexion sur toute autre solution, transitoire ou non, à mettre en œuvre rapidement.

 

Cette nouvelle solution de transport en commun, desservant Clapiers et les autres communes du Nord de Montpellier, à connecter au réseau de Tramway existant, doit être choisie pour sa durabilité sur le plan économique, écologique et social.

 

            Je vous prie de bien vouloir agréer, Monsieur le Maire, l’expression de mes salutations les plus distinguées.

 

Michel Chastaing

Conseiller municipal

 

  

Clapiers, le 12 décembre 2014

Michel Chastaing

1, rue Georges Brassens

34830 Clapiers

Conseiller municipal

Représentant le Groupe « Clapiers durable et participatif »

 

à

Monsieur le Maire de Clapiers

Mairie de Clapiers

5, Grand’Rue Marie Lacroix

34830 Clapiers

 

 

Objet : Motion sur l’amélioration du transport en commun à Clapiers

 

 

Monsieur le Maire,

 

Au nom de notre Groupe « Clapiers durable et participatif », je vous demande de bien vouloir soumettre à l’ordre du jour du prochain Conseil Municipal, pour débat et approbation, la motion suivante relative à l’amélioration du transport en commun à Clapiers.

 

Motion proposée au vote du Conseil municipal de Clapiers

 

Le Conseil municipal de Clapiers :

 

-          se félicite de la qualité du service offert par le Tramway et la Communauté d’Agglomération de Montpellier au profit de nombreux habitants déjà desservis par les lignes existantes,

 

-          regrette la suspension des travaux de construction de la Ligne 5 du Tramway,

 

-          confirme son attachement à sa réalisation dans les délais initialement annoncés,

 

-          est favorable à la modification de son tracé sur la partie ouest, afin de préserver le Parc Montcalm,

 

-          demande à l’Etat de bien vouloir maintenir sa subvention,

 

-          demande au Conseil Général de l’Hérault, au Conseil Régional Languedoc-Roussillon et à l’Union Européenne de bien vouloir allouer une aide permettant financièrement la poursuite de l’opération.

 

 La Ligne 5 de Tramway, équipement durable sur le plan économique, écologique et social, est indispensable pour la desserte des quartiers nord de Montpellier (facultés avec le Plan Campus, hôpitaux, laboratoires de recherche) et des communes de Montferrier sur Lez, Prades le Lez et Clapiers.

 

Le parking prévu au rond-point de Girac permet en outre d’intercepter un flux pendulaire de voitures venant notamment de la Communauté de communes du Grand Pic Saint-Loup.

 

La Commune de Clapiers n’est bien entendu pas opposée à la mise en œuvre d’un tramway « de seconde génération » moins coûteux tant en investissement (infrastructures et matériel roulant) qu’en fonctionnement.

 

            Je vous prie de bien vouloir agréer, Monsieur le Maire, l’expression de mes salutations les plus distinguées.

 

Michel Chastaing

Conseiller municipal

Représentant le Groupe « Clapiers durable et participatif »

 

 

 

Clapiers, le 16 février 2015

 

Michel Chastaing

1, rue Georges Brassens

34830 Clapiers

Conseiller municipal

Représentant le Groupe municipal

« Clapiers durable et participatif »

 

à

Monsieur le Maire de Clapiers

Mairie de Clapiers

5, Grand’Rue Marie Lacroix

34830 Clapiers

 

 

Objet : Motion de soutien à la Ligne 5 du Tramway

 

 

Monsieur le Maire,

 

Au nom de notre Groupe « Clapiers durable et participatif », je vous demande de bien vouloir soumettre à l’ordre du jour du prochain Conseil Municipal la motion suivante de soutien à la Ligne 5 de Tramway.

 

Motion proposée au vote du Conseil municipal de Clapiers

 

Le Conseil municipal de Clapiers souhaite que :

 

- Montpellier Méditerranée Métropole reprenne les travaux de la Ligne 5 du Tramway dès le début de l’année 2016,

 

- l’Union Européenne, l’Etat, le Conseil Régional Languedoc-Roussillon et le Conseil Général de l’Hérault accompagnent financièrement cet équipement emblématique du développement durable.

 

         Je vous prie de bien vouloir agréer, Monsieur le Maire, l’expression de mes salutations les plus distinguées.

 

Michel Chastaing

Conseiller municipal

C6) Nouvelle proposition de motion le 7 septembre 2015

 

 

Clapiers, le 7 septembre 2015

 

Michel Chastaing

 

1, rue Georges Brassens

 

34830 Clapiers

 

Conseiller municipal

 

Représentant le Groupe municipal

 

« Clapiers durable et participatif »

 

 

 

à

 

Monsieur le Maire de Clapiers

 

Mairie de Clapiers

 

5, Grand’Rue Marie Lacroix

 

34830 Clapiers

 

 

 

 

 

Objet : Motion de soutien à la Ligne 5 du Tramway

 

 

 

 

Monsieur le Maire,

 

 

 

Au nom de notre Groupe « Clapiers durable et participatif », je vous demande de bien vouloir soumettre à l’ordre du jour du Conseil Municipal en date du 22 septembre 2015 la motion suivante de soutien à la Ligne 5 de Tramway.

 

 

 

Motion proposée au vote du Conseil municipal de Clapiers

 

 

 

Le Conseil municipal de Clapiers souhaite que :

 

- Montpellier Méditerranée Métropole reprenne les travaux de la Ligne 5 du Tramway dès le début de l’année 2016,

 

- l’Union Européenne, l’Etat, la Région Languedoc-Roussillon et le Département de l’Hérault accompagnent financièrement cet équipement emblématique du développement durable.

 

 

 

         Je vous prie de bien vouloir agréer, Monsieur le Maire, l’expression de mes salutations les plus distinguées.

 

 

 

Michel Chastaing

 

Conseiller municipal

 


Photo de Midi Libre avec Christophe Tardy, un des porte-parole du CoLl5ctif Ligne 5, Président de l'association Clérondegambe,

prenant la parole devant les journalistes le 5 septembre 2015